Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Athée rit (un peu)’ Category

Le mélange des genres est une bonne chose. L’évolutionniste que je suis sait que le mélange en génétique est une bonne chose. Le brassage des gènes entre différentes populations d’une même espèce permet de maintenir une variabilité génétique qui permet de mieux faire survivre face aux changements dans l’environnement, comme l’apparition d’une nouvelle maladie ou d’une nouvelle source de nourriture.

Par extension et surtout parce qu’en vrai scientifique, il m’est impossible de voir le monde autrement que par le prisme déformant de la science, j’ai toujours pensé que dans nos sociétés, le mélange des genres est une bonne chose, qu’il soit social, musical, culinaire, culturel (au sens très large). Pourtant le mélange de la religion et de la politique restera un mélange interdit (au même titre que le vin et l’eau ou la religion et la science), proscrit, voire contre-nature.

Cela peut venir de la nature de ces deux éléments.

La politique s’occupe de la gestion de la cité, du réel de situations complexes, de la résolution de problèmes dont les racines sont ancrés parfois très loin dans le passé.

La religion ne s’occupe pas de réel. La religion s’occupe de la croyance en un (ou plusieurs) être(s) tout-puissant(s), de votre interaction personnelle avec ce ou ces êtres. La religion s’occupe en essayant de diriger la société, la cité et ceux qui la peuplent selon des principes archaïques et dépassés dont les dirigeants puisent les principes dans des textes qu’ils disent avoir été écrits par le ou les êtres eux-mêmes mais qui en réalité ont été écrit par des hommes, puis retravaillés par d’autres hommes, puis traduits et retraduits et re-retraduits par d’autres hommes.

Ceci me laisse douter du bien fondé d’une société basée sur un quelconque texte sacré, quel qu’il soit. La réalité et la religion ne sont pas la même chose. Alors que penser de ce bon vieux Donald Rumsfeld (il m’avait manqué) dont on vient d’apprendre qu’il étoffait ses rapports ultraconfidentiels sur la guerre en Irak à destination du président de citations de la bible ? Que penser d’un des leaders de la future ex première puissance mondiale qui utilise des citations tirées d’un texte des plus religieux, donc des moins réel ? Que penser d’une équipe dirigeante qui tient la vie et l’avenir de tout une population au bout de ses canons et qui base ses décisions sur des textes peut-être encore plus fictif que La Guerre des Étoiles ?

Le nouveau président de ce grand pays n’est pas un athée pratiquant. J’espère seulement qu’il aura la présence d’esprit de séparer les sermons de son pasteur personnel et ses décisions politiques.

Rien que ça et il aura droit à mon respect éternel.

Publicités

Read Full Post »

Cela a commencé de manière presque banale. Une écrivain britannique, athée, décide un jour de faire savoir au monde entier (en tout cas, à une partie du monde entier) qu’être athée n’est pas forcément synonyme de damnation éternelle et de vie vide de sens. Elle choisit donc d’afficher sur des bus le slogan suivant :

There’s probably no God. Now stop worrying and enjoy your life.

Il n’y a probablement pas de Dieu. Maintenant arrête de t’en faire et profite de la vie.

Je dois dire que j’ai bien rigolé à l’annonce de cette initiative, après avoir applaudi des deux mains en lâchant mon clavier uniquement l’espace de quelques micro-secondes (jai pas mal de travail en ce moment – je sens que je vais répéter cette phrase un bon nombre de fois durant ces trois années à venir). L’indécrottable athée que je suis ne peut évidemment que se réjouir de l’initiative anglaise. Elle a d’ailleurs été reprise en Italie et en Espagne, deux pays où la tradition catholique est très forte, avec un slogan différent :

La mauvaise nouvelle est que Dieu n’existe pas. La bonne est qu’on n’en a pas besoin.

et un peu plus d’humour en Italie.

Pourquoi se réjouir me direz-vous ? Parce que les athées, les agnostiques et les rationalistes de tout bord manquent généralement de tribune ou de considération dans certains pays[1]. Il est accepté que l’on croit en tout et n’importe quoi, il est moins accepté que l’on ne croit en rien. Du reste, cette expression peut être trompeuse. À chacun de se placer dans le champ des possibles et de concevoir lui-même sa propre croyance ou non-croyance ;  pour ma part je ne considère pas ne pas croire en Dieu/autres divinités, je ne crois tout simplement pas. Ce qui ne veut pas dire que je considère qu’il n’y ait que vide autour de moi ou que je sois incapable d’expliquer ma propre existence.

Et c’est un reproche souvent fait aux athées, celui du vide, de la nature vide de sens que prendrait votre vie si vous ne croyiez pas. Il est inimaginable de penser que votre vie n’a pas de sens, que votre vie n’a pas de but particulier à part celui que vous voulez bien lui fixer. Il est impensable que l’Homme avec un grand ‘H’ ne soit pas le sommet de l’évolution, que dire, que l’Homme n’ait pas été créé par Dieu lui-même !

J’ai parfois l’impression que pour certaines personnes, croire quelque chose de radicalement différent est moins inimaginable que ne pas croire. Cela peut venir du fait que pour ces personnes, l’absence de croyance est tout simplement inconcevable. La vie est tellement vide sans Dieu, sans divinité, sans extraordinaire, sans merveilleux sans force mystique qui guide chacune de nos actions, chacune de nos décisions.

C’est justement contre cette question du vide que les athées s’offusquent. Non, la vie n’est pas vide sans divinité, elle est juste différente. Les non-croyants ont une morale, des valeurs d’éthique, d’égalité, d’équité, tout ça. Les non-croyants peuvent expliquer leur propre existence sans passer par la case dieux

Le plus important dans cette campagne est de montrer dans des pays où l’église, où les églises sont très présentes que la non-croyance est envisageable et même satisfaisante sur le plan moral et intellectuel. Et c’est l’occasion de recueillir des opinions assez distrayantes. Ainsi cette femme qui déclare ne rien avoir contre les athées mais qu’elle ne supporte pas qu’on lui balance ça à la figure. J’ai envie de lui répondre banco, puisque moi non plus je ne supporte pas qu’on me balance de la religion à la figure toutes les 5 minutes, qu’on ne montre plus rien ayant un rapport de près ou de loin avec la religion et qu’on détruise les églises et tous les lieux de culte par la même occasion.

je concluerai par une question : la même démarche serait-elle possible dans un pays comme la France (au hasard) ? Je ne pense pas, étant donné que tout, absolument tout ce qui touche à la religion en France est caché. De plus la religion est bien moins présente et forte en France que dans d’autres pays.

Notes
[1] Obama considère ainsi que les États-Unis est une nation de toutes les religions et qu’il y a « même des non-croyants » dans ce pays.

Read Full Post »

C’est Lily dans un commentaire d’un précédent post qui m’a fait découvrir Tim Minchin.

La flaque d’urine au pied de mon fauteuil de bureau m’a indiqué qu’il fallait que je vous fasse voir ces vidéos.

Passez une bonne journée.

Read Full Post »

Je suis tombé sur cette vidéo sur Pharyngula et je me suis mis a frapper mon poing sur mon bureau tellement j’ai rigolé fort.

Read Full Post »

Cela s’appelle en français passer pour un con. En anglais, je dirais juste que c’est « relatively embarassing »

Le dénommé Michael Reiss a été au cours de l’année 2006 engagé à la tête de l’éducation de la prestigieuse Royal Society anglaise (l’équivalent de l’académie des sciences outre-manche). Cet estimable personne était – est toujours – membre de l’église anglicane, ce qui pourrait poser problème dans le sens où science et religion(s) ne marchent pas exactement sur la plage lors d’un coucher de soleil, la main dans la main et la zigounette dans le pilou-pilou. On peut donc se douter de la position de M. Reiss quant à la théorie de l’évolution et du créationnisme.

Certes.

Il est resté jusqu’à récemment à ce poste, c’est à dire deux ans, ce qui peut paraître un tantinet long aux gens qui, comme moi, ne croient pas vraiment aux amours de la science et des croyances. Deux ans, c’est long, ce qui veut dire qu’il a plus ou moins réussi à accomplir la tâche pour laquelle il avait été nommé. Mais il vient de quitter ce poste, pour une raison très simple. Il a récemment estimé le souhait que le créationnisme soit enseigné dans les écoles, ce qui a déclenché un tollé de la part des scientifiques anglais, tollé à mon sens justifié.

Car engager un religieux à un poste aussi haut-placé au sein d’une organisation scientifique aussi prestigieuse que la Royal Society pose problème quant à l’image que l’on veut donner de la science. Je ne dit pas que seuls les athées ont le droit de citer en science, mais le fait que M. Reiss soit également très haut-placé au sein de l’église anglicane posait à la base un conflit d’intérêt relativement flagrant.

Les conceptions de l’église et de la science sur le monde sont tout simplement trop différentes pour être rapprochées. Un débat « raisonné et raisonnable » n’est, à mon sens, pas possible entre la science et la religion parce que la science et la religion agissent sur deux plans différents (cela fait penser au NOMA de Gould, pourquoi pas). La science est question de faits, la religion d’idées et d’imaginaire.

Vouloir rapprocher les deux en nommant un religieux à la Royal Society était louable, mais impossible.

Et en plus, il dit des conneries…

Read Full Post »

C’est l’histoire d’un organe assez particulier et que l’on ressort de temps en temps en science. Ce n’est pas vraiment une histoire d’amour, ni un drame. C’est plutôt l’histoire de deux choses dont on se demande si elles pouvaient cohabiter.

La question de la foi en science a toujours été présente. De l’étudiant en TP qui se met à prier pour que ces expériences marchent à la sommité qui s’interroge sur la nécessité de la religion dans le monde, la foi (nous) (vous ?) passionne.

Personnellement, je suis convaincu que l’on peut diviser la question de la foi et de la science en deux :

  1. Peut-on croire en étant scientifique ?
  2. Doit-on avoir la foi pour être scientifique ?

A la première question je répondrai oui sans hésiter. Non pas par expérience personnelle, mais parce que des gens que je connais sont croyant (et même pratiquants) tout en poursuivant un début de carrière scientifique.

Pourtant, ces cas constituent plus une exception qu’une règle. Il est facile de trouver une contradiction entre la méthode scientifique et rationnelle basée sur des faits et une croyance, quelle qu’elle soit d’ailleurs. Selon les cas que j’ai pu observer, le tout est une question de dosage, de comment croire et comment concilier les deux extrêmes, comment interpréter les textes. Je ne pourrais pas répondre à leur place et vous dire précisément comment ils font, étant foncièrement athée (et probablement irrécupérable sur ce plan-là).

A la deuxième question je répondrai non sans la moindre espèce d’hésitation.

Dans le film « Contact » (réalisé par Robert Zemeckis), la scientifique incarnée par Jodie Foster effectue un voyage à travers le temps et l’espace pour aller rencontrer une espèce d’une autre planète. Mais, incapable de ramener la moindre preuve de son voyage, elle en appelle à « croire en ce qu’elle avance ». Sans la moindre preuve, personne ne veut la croire.

La foi n’est pas un instrument scientifique valable pour la simple et bonne raison que ce qui compte en science, ce n’est pas ce en quoi vous croyez mais ce que vous pouvez prouver. La preuve, l’évidence scientifique est au centre de toute découverte, de tout travail scientifique. La théorie de la relativité est devenue une théorie scientifique sérieuse quand on a pu lors d’une éclipse totale de soleil en Afrique montrer que la gravitation déviait les rayons lumineux. Dans quasiment chaque édition de chaque publication scientifique est publié un article portant sur la validité des données (les « technical comments »).

Pourtant, bon nombre de critiques de la science en général et de l’évolution en particulier brandissent l’argument que l’évolution, qu’ils appellent affectueusement « darwinisme », est en fait un système de croyances et de valeurs proche de n’importe quelle religion : on vous demande de croire sur parole ce que disent les scientifiques, sans poser de question.

Rien ne saurait être plus faut.

La science est un avant tout un mode de réflexion basé sur le réel, basé sur l’examen minutieux et rigoureux de preuves, de faits et d’évidences. Je n’ai jamais vu un évolutionniste brandir « On the Origin of Species » et clamer haut et fort que ce livre contenait toutes les réponses et qu’il fallait y croire sur parole. De la théorie de l’évolution telle que l’a proposé le grand Charles, il ne reste quasiment que la sélection naturelle (encore que même elle a du plomb dans l’aile). Les théories scientifiques changent au fur et à mesure des découvertes. La biologie moléculaire a ainsi révolutionné notre vision de l’évolution des espèces.

Le changement est tout simplement le moteur de la science, pas celui de la foi.

Du reste, je disais plus haut que lier croyances et science tenait plus de l’exception que de la règle. On peut donc considérer qu’un esprit scientifique pet s’allier facilement avec un athéisme. Un nombre considérable de scientifiques se considèrent comme athées. Moi-même, je suis à ranger dans le camp des PZ Myers et autres Richard Dawkins. Je pourrais donc me poser dans un sens la question type œuf-poule : dans mon esprit légèrement tordu, qui de l’athéisme ou de l’esprit scientifique est arrivé en premier ?

C’est Obion qui, involontairement, peut me donner un élément de réponse. Il propose ainsi que ce ne soit pas juste une poule, mais une poule portant un œuf (de mâle qui plus est) qui soit arrivée en premier. On peut appliquer ici le même raisonnement et dire que ni l’athéisme, ni l’esprit scientifique ne sont arrivés en premier mais qu’ils étaient tous les deux présents au début dans ma cervelle un peu bizarre.

Je n’ai donc la foi en rien. Je conclurai ce billet en vous disant ce que j’ai envie de répondre à chaque fois qu’on me demande si je crois en (un) dieu :

« Non, je ne crois pas en dieu, j’ai déjà du mal à croire en l’Homme. »

Read Full Post »